Logo du Comité Radical Antipoétique

comité radical antipoétique

Le Comité Radical Antipoétique part de cette démarche revendicative de la lutte contre la monotonie. Pour la plupart des gens, la poésie est ce truc chiant, peut-être un peu trop intellectualisé, qu’on réserve uniquement pour les tirades de drague à deux balles ou par les fanatiques de littérature.

Aujourd’hui c’est la publicité qui a rempli nos vies, les affiches publicitaires partout, des messages simples et efficaces, c’est tout ce que souhaitent les marketeurs pour qui les belles choses n’ont de valeur que si elles sont fiduciaires.

Alors qu’il en arrivait à cette triste constatation, Fanch a décidé de s’inscrire dans un mouvement de lutte à son niveau ; combattre la publicité et réaffecter sa juste place à la poésie et à la rhétorique, notamment en l’intégrant dans des affiches provocatrices censées faire réagir le lecteur / spectateur / public.

En parallèle à sa collecte de Punchlines, Fanch a donc mis en place un « Collectif Radical Antipoétique » pour donner un nom à ce mouvement et inscrire ce mélange de mots et de graphismes dans une réelle éthique et politique de dénonciation parodique.

D’autant que le concept d’Antipoésie n’est pas si nouveau qu’on le croit ; le terme « antipoétique » est apparu en France en 1776.

En effet, pour admirer un coucher de soleil ou s’émerveiller des jeux d’un enfant, il ne faut pas être intellectuel ni même sensible ; la poésie ne s’apprend pas par cœur, c’est le cœur qui enseigne la poésie.